I - Autres appellations : 

 

   2 - Terroir d'origine :                  Le Poher

 

 

   3 - Forme la plus répandue :    La ronde, tenue par la main.

   

   4 - Structure de la suite :                        

 

        La Suite Gavotte des Montagnes se compose de 3 parties :

            -  Gavotte des Montagnes : ton simpl qui comprend 2 phrases de 8 temps dites 2 fois chacune, dansé en gavotte (ton kentañ).

            -  Tamm Kreiz : bal qui comprend une phrase (sur un tempo libre donc non mesurable) qui est dite 2 fois et une phrase de 16 temps (jouée au tempo) que l'on ne répète pas (à la différence du bal plinn !)

            - Gavotte des Montagnes : ton doubl qui comprend une phrase de 8 temps dite 2 fois et une phrase de 16 temps dite 2 fois aussi, dansé en gavotte (ton diwezañ).

 

 

   5 - Style général et particularités :

 

        La Gavotte des Montagnes :

 

               Autres appellations : Dañs Tro Poher, Gavotten ar Menez

                Tempo : ± 165

                Forme la plus répandue : la ronde tenue bras droit par dessus, bras gauche par dessous.

                 La danse est souple et le style relativement rebondissant, les temps 1 et 3 sont bien marqués en "poussant" sur le pied gauche. Les appuis sont pris sur la "demi-semelle". Le travail des chevilles et des genoux est important. La progression est constante des temps 1 à 6. Le corps est légèrement orienté vers la gauche. Bien laisser "respirer" la jambe gauche sur les temps 7/8.  Les danseurs se tiennent bras dessus-dessous.

 

Cliquez ici pour obtenir de l'aide !...

 

          Le Tamm Kreiz :

            Le Tamm Kreiz, aussi appelé le Baleu dans la suite gavotte, occupe la 2è partie de cette même danse. C'est un bal, dont chaque séquence est composée de 2 parties.

            La 1ère partie est une balade marchée très lentement, les danseurs se tiennent par le petit doigt, et lèvent les bras de temps en temps, tout en progressant dans la chaîne.

            La 2è partie est plus rythmée et se compose de 16 temps. Les danseurs doivent alors marquer la pulsation musicale avec les bras et les pieds (mais d'une manière non codifiée !). La progression s'arrête et les danseurs restent alors sur place, pieds joints. La pointe du pied droit est mis en valeur, d'abord en avant pendant les temps 1 et 2, avec les bras en position horizontale, puis à hauteur du pied gauche pendant les temps 3 et 4. Ceci est donc à effectuer 4 fois pour atteindre les 16 temps.

            Remarque : entre le 15ème et le 16ème temps, bien mettre en évidence la position "pieds joints".

 

    6 - Accompagnement musical ancien :

            Kan Ha Diskan

            Couple Bombarde-Binoù

            Accordéon (surtout pendant l'entre deux guerres) 

 

    7 - Remarques particulières:

 

            L'ensemble forme une suite "obligée". L'époque récente a vu apparaître (notamment avec l'accordéon) des structures différentes : ton doubl doubl (2 parties de 16 temps), ton tripl (1 partie de 8 temps et 1 partie de 24 temps), ton tripartite, etc... mais ces structures restent très minoritaires. Dans certains endroits, le Pach Pi est ajouté à la suite traditionnelle.

 

            En Haute Cornouaille, la suite tripartite impose, dans sa partie du milieu entre les deux gavottes (ton kentañ et ton diwezañ), un "ton diskuiz", moment de repos pour les danseurs. Selon les lieux et l'évolution dans le temps, ce "tamm kreiz" s'effectue avec des variantes.

 

              Dañs Ar Podou Fer :

                Autres appellations : Gavotte retournée

                Forme la plus répandue : la ronde tenue par la main, les bras balancent.

                Dans cette zone de Dañs Tro, on pratique volontiers une gavotte avec un élément de jeu (retournement des danseurs), dénommée dañs ar podou fer. A un moment précis de la danse, les chanteurs interpellent les danseurs : "Tournez en arrière !". A cet instant, tous les danseurs se lâchent les mains et font volte-face vers l'extérieur de la ronde, puis tournent à nouveau au couplet suivant, venant se repositionner face au centre du cercle. 

                 C'est l'équivalent du "cheñch tu" en Vannetais ou de la Ronde des pommes en pays de Loudéac.

 

 

              Gilgoden :

 

            Plus occasionnellement, on pratique aussi dans la zone géographique des "montagnes noires", une "ronde à permutation" dénommée : Gilgoden, ou Jilgoden. Cette danse est également en 2 parties :

 

            Partie A : les danseurs, en balançant les bras d'avant en arrière, font tourner la ronde pendant 16 temps, en pas de gavotte.

            Partie B : tout en conservant le pas de gavotte, chaque homme tourne sur place, pendant 16 temps avec la danseuse à sa gauche (main droite dans main droite, bras repliés et solidement collés l'un à l'autre), et vient la placer à sa droite à la fin de cette figure.

 

    8 - Téléchargement

 

      Téléchargement de la danse en format Word